THE ALEKS FRAGMENTS

Aleks Crément évoque horreur, métal, et autres joyeusetés.

Previous Entry Share Next Entry
The creepy and the spooky.
aleks_fragments
COMA WHITE

J'ai lu cette semaine les seuls mots que je ne voulais pas affronter depuis septembre dans "Le festival de la couille" de Chuck Palahniuk , page 255.
Les meurtriers sont : "La seule peur qui me reste c'est de manquer d'inspiration et de ne pas être capable de créer."
Et c'est Marilyn Manson qui confesse.
Je suis dans un coma d'idées depuis 5 mois et la seule solution qui pourrait éviter la noyade est irrationnelle.
Mes parents,la société et mon entourage ne conçoivent pas l'inanité comme une source d'inspiration,une révélation de soi,une introspection vitale.
Chaque jour qui passe me murmure discrètement que la réelle perte de temps est cette routine scolaire grossière et que la productivité saine et authentique germe au départ du rien.
5 mois de deuil. Et c'est moi dans le cercueil.
Malgré l'hibernation créative,je me nourris.M'alimenter de la beauté des autres est ma seule consolation.Le problème,c'est que je suis affamée.Je me transforme en succube avide de l'aura et du talent des autres,et le remède se transforme parfois en poison. Etre le témoin de trop d'aisances et de dons ne fait que renforcer mon absence et me transforme presque en imposture.
C'est par un de ses excès de boulimie que je me suis procuré ma première oeuvre d'art authentique et symbolique,un geste que je rêvais d'accomplir depuis longtemps :

 

 
Si une peinture comme une photo capture un bout de l'âme du sujet, un petit morceau de Brian Warner est enfin à moi.
J'aimerais que les objets aient des pouvoirscomme les statues que les touristes caressent par désespoir ou superstition.
Qui sait,peut-être qu'une aquarelle me guidera.

- Je ne sais pas si je peux estimer que ce Noël valait la peine d'être vécu,puisqu'une année de plus je n'ai pas tenu cette bonne résolution de décorer mon sapin avec des boules de geisha.J'attendrai donc que la prospérité me permette se petit caprice fantaisiste mais très onéreux.Le rush des décorations a quand même eu un aspect plaisant au final,bien que complètement hors-saison :

   

- Je crois que cela n'a rien d'étonnant si je dis que j'ai été subjuguée par "Repo! The genetic Opera".Je ne suis pourtant pas avide des comédies musicales qui sont souvent synonymes pour moi d'un accablant vide émotionnel,et je le dis poliment sans ajouter que certains longs-métrages du genre m'ont donné une migraine effroyable voire des envies de manger mes excréments avec appétit.
"Repo! The genetic Opera" n'entre définitivement pas dans cette catégorie.Le film s'est aussitôt achevé que l'envie maladive de le visionner encore une centaine de fois s'est emparée de moi.Je ne me rappelle plus la dernière fois qu'autant d'esthétisme m'avait bouleversée.
Repo! est un alliage parfait de tout ce qui me caractérise actuellement,une de ses oeuvres tellement renversante qu'elle paraît être commanditée,à vous rendre presque égotique et prétentieux en songeant que cela n'a pu être créé que pour vous.
C'est bien pour cela que je ne le recommande d'une certaine manière à personne =) (...mais regardez-le quand même.)

 

-Ne pas avoir lu d'Edgar Allan Poe ne fera désormais plus partie de ma liste de regrets,puisque j'ai enfin trouvé le support idéal pour me lancer dans la funeste aventure.J'ai craqué sur cette superbe édition de Benjamin Lacombe qui en plus d'illustrer brillamment les "Contes Macabres" de Poe et lui offrir une mise en page magnifique,laisse beaucoup d'espace et d'aération au texte,ce que je boudais aux supports classiques qui avaient compressés les textes dans le seul but apparent de vous soumettre à de violents maux de tête.
J'apprécie l'expérience jusqu'à présent,même si plonger dans le style de l'auteur m'a été assez difficile au départ,mais la clôture des premières histoires m'a prouvé que la lecture en valaient la chandelle pour arriver au dénouement souvent très sombre et malsain,et que mon achat serait heureusement plus utile que de posséder juste un beau livre.


      

-J'ai créé des "succulents" (en toussant et en le disant très vite on y croit!) petits chocolats (dans le genre sanglant) :



- Enfin,j'ai commencé à visionner un peu au hasard la série de la famille Addams qui a été une grosse surprise,puisque je ne me doutais pas que l'édition était si "ancienne",j'ai sans douté été trop bercée par les adaptations actuelles.Passé les premiers épisodes un peu déroutants,j'ai vraiment trouvé la série très plaisante et agréable.C'est étrange de constater qu'il s'agit d'une sorte de satyre d'une famille considérée comme anormale,alors que beaucoup de secrets de bonheur résident justement dans cette bizarrerie.Je me demande comment les états d'esprit de l'époque percevaient le show.Comme quelque chose dont il fallait se moquer,un style de vie burlesque à ne pas suivre?

Je n'avais plus entendu de rire pré-enregistrés depuis longtemps,et je conclus en transmettant cette déstabilisante pensée à nouveau du génial Palahniuk qui soulignait,lorsqu'on y songeait bien que les rires automatiques que l'on entend dans les séries télévisées sont ceux de personnes qui ne sont plus de ce monde depuis longtemps.

 

Comments Disabled:

Comments have been disabled for this post.

?

Log in

No account? Create an account